M’asseoir sur les choses et attendre que l’insaisissable me dessaisisse.

 

 

La nuit tôt l’été, sa peau voyagée par le temps.

 

 

Cavale ma rage ravale !